Love in Progress


Lieu de mémoire et vestige des limites entre l’humain/l’inhumain, les blochkaus apparaissent aujourd’hui comme des bâtis désaffectés ouverts sur l’océan, le ciel et la forêt. Devenus des havres de paix, ils continuent pourtant de porter l’histoire qui les a fait naître. La force symbolique et le potentiel suggestif de ce lieu m’ont conduit à l’investir plastiquement et, de manière éphémère, à le faire entrer en résonnance avec ce qui nous anime, intérieurement, en tant qu’être sensible et pensant.

Dans le prolongement de mes réalisations en photographie sociale, ma démarche actuelle vise à élaborer des interactions entre des lieux symboliques et des états d’âmes ou des vécus. De l’Histoire à nos histoires personnelles, le rapport entre le collectif et l’individu devient le tremplin qui me permet de suggérer des points de rencontres et d’inviter des valeurs essentielles à resurgir.

Un grand merci à l’ Association La Forteresse Gironde Sud et particulièrement à Mr Hervé Dejoux, pour m’avoir autorisé à réaliser ce projet in-situ.

Un énorme merci à l’équipe collage, pour son soutien et ses multiples conseils!!! C’est grâce à elle que ces murs ont gagné en âmes, et en couleurs...





 
"Only how you respond to the energy of love creates the difference."
Enfant des rues de Paharganj, New dehli, 2009.
 
 
 
 
" Quand on vieillit, le corps devient plus las, l'esprit aussi.
Il n'y a qu'une seule chose qui reste, c'est le coeur, l'affection."
Honorine, maison de retraite de Saint-Aubin de Médoc, 2010.
 
 
 
La souffrance ?
" Le désespoir de ne plus trouver le lien solide qui permet de vivre en société."
Marc, Centre d'accueil d'urgence du Leydet, Bordeaux, 2008.